1126
PARTAGES

Les Restos du coeur contraints de suspendre les repas chauds à Grenoble

Avec la suppression des emplois aidés, les Restos du Coeur ne pourront plus faire face à la demande.
Parmi les mesures économiques annoncées par le gouvernement dernièrement, la réduction des contrats aidés a suscité un véritable tollé.

Les conséquences se feront notamment ressentir dans un des centres des Restos du Coeur, à Grenoble.

L’association vient d’annoncer que sans ces contrats, il lui sera impossible de fournir des repas chauds aux nécessiteux, et ce dès ce lundi.  

Brigitte Cotte, la présidente régionale de l’association explique “Nous avons un emploi aidé, le cuisinier, qui prépare entre 100 et 120 repas chauds par jour dans notre centre de Grenoble. Il a terminé sa mission et va sur d'autres projets. Quand on a voulu recruter un autre salarié en contrat aidé, on nous a répondu qu'il n'y avait plus de budget”.

Et le résultat est sans appel “dans l'immédiat, nous allons supprimer la partie repas chaud, importante pour nous. Elle va disparaître le temps que nous nous retournions et que nous trouvions une solution. Mais cela ne se fera pas du jour au lendemain".

Pour un salaire de 900 euros par mois, le gouvernement participait à hauteur de 300 euros.

Le Premier ministre Edouard Philippe a toutefois annoncé qu’il souhaitait tout mettre en oeuvre pour redresser la situation de l’association, en affirmant “ce qui arrive à Grenoble ne correspond pas aux orientations qui ont été fixées” par le gouvernement. 

04/09/2017 15:00 par Cécilia - Source : lexpress.fr - Crédits photos / vidéos : Jean-Philippe Ksiazek. AFP